Archive for the 'musique' Category

06
Juin
10

Psychotrocyclopédiques.

Dans le player (et derrière le lien de dessus), un copier-coller d’extraits de Unkle – Edit Music for a Film.
Unkle – REdit Music for a Film

retrouvailles cyclopédiques
quelques particularités du bitume
son aspérité variable
cartographiée
les méandres entre les blés
verts les coquelicots rouges
insolemment rouges
sur mon vélo entre campagne et jungle urbaine
de-ci de-là de la frontière
un voyage dans le présent
en sillonnant le passé
un passé si lointain et si récent
une sortie de tombe
un retour des enfers
l’abolition définitive des purgatoires et des limbes
briser les chaînes
et faire tourner la chaîne à vélo
autour de ses pignons et de ses plateaux
et faire tourner les jambes tourner tourner
avaler l’avenir comme on avale la route
ou la pellicule ou la bande son
le blues de la bicyclette à en devenir
rock’n’roll et puis presque punk
ou carrément hip hop
electro
sans nom
ni nomenclature ni classification
voir tes hiérarchies pâlir parce que
descendre en pleine montée
danser dans le vent de face
monter en pleine descente jusqu’à
retrouver le coin sous la falaise
sans s’attarder sur les terrasses
prendre direction Étrembières
mais traverser Ambilly la pensée fixée sur
une certaine fontaine
chère Mme Marie Sarrasin et votre eau toujours si fraîche
qu’en ce dimanche de juin 2010
j’ai partagé avec des gazelles qui
hasard des correspondances
s’étaient arrêtées au même point d’eau
sous le clocher qui sonnait son heure
et puis
repartir dans ma savane
me chasser tout seul sur la piste d’asphalte
pour la boucle finale et ces moments bénis
où c’est presque trop
et qu’il faut que ça sorte
mais pas d’une manière ou d’une autre
non
de toutes la manières à la fois
alors tu sues tu frissonnes tu pleures tu ris tu
aspires tu expires et tu cries
jusqu’à faire peur aux automobilistes du dimanche
qui ont même peur d’une poussière
qui fuient la vie faussement à l’abri derrière leur pare-brise
bizarrement teinté
comme un miroir sans tain
voir sans être vu alors que c’est tout vu
sous le soleil à découvert
j’affirme avec un orgueil quasi estival
mon cher Camus
que…

Publicités



oldies

petites cases