07
Avr
10

Qu’elle est ta réalité?

Il n’y a pas de salut dans la fuite, hormis les fuites qui constituent des manières très concrètes d’affronter la situation.

Il arrive que le recours aux mots ne soit qu’une tentative sans espoir de fuir, de modeler le réel, de lui donner une forme, et même de lui donner une forme plutôt qu’une autre. C’est le rôle de la narration, de l’Histoire, du scénario.

Quelle est ta réalité? Les guerres relativement lointaines, au nom de l’empire d’occident, des guerres propres, vertes, morales, justes, bio… tous les labels que tu veux. C’est pas cher un petit logo pour décorer les meurtres absurdes, les meurtres de sang froid – assassinats?, les meurtres de civils, par milliers, par centaines de milliers, des deux sexes et de tout âge. Aux yeux des citoyens de l’empire d’occident que nous sommes, les ¾ de la population mondiale ne sont pas des humains, peut-être pas même des barbares. Des images, de la virtualité noyée dans de la virtualité. Pour mieux oublier que pour l’infime minorité des propriétaires de l’empire, de ses richesses et des ses habitants, nous ne sommes que des statistiques, au service de courbes.

Quelle est ta réalité? Celle des frontières que l’on ferme, autour de l’empire d’occident, et autour de chaque pays soumis à l’empire. Grillages électrifiés, barbelés, caméras, murs, armes, visas, camps, béton, reconduites à la frontière, refoulements. L’humanité pourrissante. Quelques meurtres visibles. Et la multitude des meurtres que l’on parvient très efficacement à ne pas voir, à reléguer dans le néant. Il y avait un homme, il n’y en a plus, il n’y en a jamais eu. Il n’y a vraiment rien à voir, circulez donc capitaux, biens et services.

Ah, que les dictatures sont moches! Mais l’empire démocratique d’occident… pénible à décrire. L’expérience du miroir n’est pas… tendre.

Je ne me débarrasserai pas de mon hypocrisie culturelle en combinant des signes en sons. Articuler, oui, et alors?

Quelle est ta réalité?

Wikileaks.org a publié une vidéo d’un massacre accompli par l’armée américaine en Irak en 2007. On trouve la vidéo, dans une version courte et commentée et dans une version plus longue a l’adresse suivante:
http://www.collateralmurder.com/
On y trouve aussi la transcription, en anglais et dans différentes traductions, dont le français.

Wikileaks  –  http://wikileaks.org/est une organisation qui œuvre pour la construction de la démocratie. Elle diffuse des fuites, de manière très professionnelle. Des fuites sur bien des choses. Sur la crise financière en Islande par exemple, permettant aux citoyens et contribuables islandais de savoir un peu de quoi il en retourne. Un rapport de la CIA sur comment manipuler l’opinion publique en Europe pour que la guerre en Afghanistan puisse continuer. Wikileaks se fait des amis parmi les citoyens, et des ennemis parmi les gouvernements, tant il est vrai que les derniers font la guerre au premiers. Wikileaks réussi à réunir face à elle autant la Corée du Nord que les États-Unis.

Voir sur le blog de Glenn Greenwald, en anglais:
http://www.salon.com/news/opinion/glenn_greenwald/2010/03/27/wikileaks
http://www.salon.com/news/opinion/glenn_greenwald/2010/04/05/iraq

Il va sans dire que le gouvernement américain (d’hier et d’aujourd’hui) ainsi que l’armée font tout pour que les citoyens au nom desquels ils agissent ne puissent pas voir ce que signifie concrètement leurs actions, que ces images ne soient pas vues. Les gouvernés pourraient bien, correctement informés, ne plus être aussi consentants… C’est aussi pourquoi l’administration Obama fait tout ce qu’elle peut pour ne pas dévoiler, alors que la loi américaine l’y oblige, les photos démontrant que la torture a été pratiquée sur une large échelle et donc ordonnée par le gouvernement lui-même. Encore récemment, pour la troisième fois, un juge fédéral a déclaré illégal le programme d’espionnage  des citoyens américains par leur État sans décision judiciaire. On s’habitue à ce que les pouvoirs exécutifs soient au-dessus des lois. Les noms des présidents changent, pas la politique.

Publicités


oldies

petites cases