21
Jan
10

Vide.

(Salut, ça faisait longtemps, hein, j’ai l’impression que ça fait une éternité!)

Je n’ai plus rien, je n’en peux plus. D’étranges monstres, que je ne montrerais pas de mon index vengeur, m’ont intimé de vider les deux poches revolver de mon crâne. Je veux dire les deux panses demi-sphériques qui ruminent même malgré moi dans la sommité capitale de mon être corporel. Je n’ai plus rien, j’ai tout perdu, perdu c’est bien le mot, que d’énergie dissipée! Dissipé, il regarde par la fenêtre et libère ses pensées qui s’évanouissent dans le brouillard.

Alors je bois un verre, deux soleils, deux hémisoleils, un côté plutôt tempranillo et l’autre plutôt merlot. Le dictionnaire OOo a beau (oh, oh, oh) être libre, il a des blancs au niveau des cépages rouges.

Publicités

2 Responses to “Vide.”


  1. 20/02/2010 à 00:06

    Hi Igor, le fils?
    Je suis tombée seulement aujourd’hui sur ton message datant de juillet.
    Un blog conséquent, je vais le déchiffrer, du moins tenter.
    C’est vrai que ton père écrit très bien, tout comme toi apparemment.
    A tout bientôt

    Viele Grüsse aus Berlin

    Marie

  2. 20/02/2010 à 00:31

    Hello…

    Yep, c’est bien le fils… 😉 Ce blog-ci n’est pas si quand c’est con, il y en a eu d’autres qui ont disparu corps et c’est bien ainsi.

    Mon père écrit, oui. Pour ma part, je me dis que ça viendra, un jour… 😎

    Allez, salutations calvinistes 🙂


Comments are currently closed.

oldies

petites cases