30
Nov
09

Autre.

Ni dieux, ni maîtres, ni nationalité, ni patrie, ni parti, ni identité…

respirer
puisqu’il n’est plus l’heure d’oublier
puisqu’il n’est plus l’heure d’avant
c’est maintenant
et maintenant
à tout jamais ou
du moins pour la suite

je ne suis pas là-bas
à côté
du bon côté du doigt
non
je suis ici et en moi
en plein dedans
la vie
comme elle est
comme elle vient comme elle va
alors et alors
alors il est temps
de laisser monter laisser crier
de se laisser devenir
Autre
quelle est Ma vision
quelle est-elle
quel est Mon chemin

tous les débats sont obsolètes
there’s more to life than this
je m’écarte des rails laisse
passer la locomotive et les
lourds wagons qu’elle traîne
puis je reprends ma route
advienne ce qu’advienne pourvu
qu’ici ou là ne serait-ce qu’un instant
les coeurs s’étreignent

et encore une fois un pas de côté que
passe une nouvelle locomotive et sa traîne
pesante
avant de reprendre ma route
quitte à dériver sur la steppe houleuse
quitte à traverser les déserts communautaires
en quête des oasis des points d’eau des égarés
perdus hors du passé

je demande asile
je demande asile
je demande asile
sur le parvis du présent
je transhume je nomadise ici et
maintenant je m’exile immobile
et tiens bon face à mon tyran tant
intérieur qu’extérieur

Publicités


oldies

petites cases